FlixBus lance ses premiers autocars électriques longues distances

À partir des vacances de Pâques, FlixBus et son partenaire B.E. Green vont mettre en service des autocars électriques autonomes entre Paris et Amiens.

FlixBus et B.E Green l’assurent : il s’agit d’une première mondiale. Les deux partenaires vont transporter en bus une soixantaine de personnes à la fois entre Paris et Amiens, soit 150 km, sans consommer une seule goutte de gazole.

L’exploitant B.E. green, spécialiste du transport électrique en France, a acheté deux bus au constructeur chinois Yutong, qui seront utilisés par FlixBus de façon quotidienne à partir des vacances de Pâques, mi-avril. Pas du « Made in France » donc ? « Pour le moment, les constructeurs français, et même européens, préfèrent se concentrer sur les bus électriques urbains, explique au Parisien Patrick Mignucci, PDG du transporteur Autocars Dominique et fondateur de sa filiale B.E. Green. Ils en ont les capacités techniques mais le marché n’est pas encore suffisamment attractif. »

La Chine utilise déjà des autocars électriques sur des longues distance, « mais sur des prestations ciblées, des excursions, des transferts », précise M. Mignucci à l’AFP. « Structuré en ligne régulière quotidienne comme l’opère aujourd’hui FlixBus, je crois que c’est vraiment une première », insiste-t-il.

DES AUTOCARS 100% ÉLECTRIQUES DURABLES

Les autocars électriques coûtent environ 400.000 euros à l’achat, soit 30% plus cher que des véhicules à énergie thermique classique (essence ou diesel), mais les frais d’entretien sont réduits, avec des pleins d’électricité à 15 euros contre 70 pour l’équivalent en diesel. Les clients devraient également y trouver leur compte. Le prix moyen du billet devrait se situer autour de 12 euros pour un aller simple.

Ces autocars électriques iront aussi vite que les véhicules thermiques, et le rechargement des batteries, qui prendra quatre heures, se fera aux extrémités de la ligne, selon RTL. Petit bémol pour les utilisateurs : pour laisser de la place aux six batteries qui assurent l’autonomie de 200 kilomètres il a fallu sacrifier les toilettes.

Les autocars dits « 100% électriques » ne polluent pas pendant les trajets, mais leur bilan carbone, de la fabrication des batteries à la consommation d’électricité, est loin d’être nul. « À production d’énergie sale égale, vous avez au moins un avantage, c’est que vous enlevez les NOx (oxydes d’azote qui participent à la formation des particules fines) et le CO2 de l’atmosphère », explique Patrick Mignucci.

UN CLIN D’OEIL À MACRON

Pourquoi Amiens ? « C’est un clin d’œil sympa à notre président de relier la capitale avec sa ville de naissance », s’amuse Yvan Lefranc-Morin, directeur général de FlixBus France, l’un des opérateurs qui avaient investi le créneau des « cars Macron », suite à la loi de libéralisation du secteur quand Emmanuel Macron était ministre de l’Économie (2015).

M. Lefranc-Morin compte d’ailleurs sur les pouvoirs publics pour développer les infrastructures en réseau électrique, qui « ne peuvent pas être 100% à la charge de l’opérateur. »

FlixBus France considère la ligne Paris-Amiens comme un projet pilote, voué à être dupliqué. Une ligne Paris-Rouen pourrait prochainement voir le jour.

 

Source : http://www.boursorama.com/actualites/flixbus-lance-ses-premiers-autocars-electriques-longues-distances-2a36c99e4a644295e20c227322a76ab4